Orthographe : vive la Francophonie !

Orthographe : vive la Francophonie !

Image correcteur orthographe Francophonie 2019

Le 18 mars dernier, le ministre de la culture, Franck Riester, a officiellement annoncé le coup d’envoi de la semaine de la langue française et de la Francophonie qui se tient du 16 au 24 mars. C’est l’occasion pour nous de faire quelques rappels d’orthographe, et de recenser quelques-unes des fautes de français les plus courantes, celles qui sont bien connues des correcteurs professionnels. Vous verrez par vous-même si vous connaissez les astuces qui vont suivre et si vous faites réellement partie des 80% des Français qui s’estiment “bons en orthographe”. Correcteur en herbe? Allez, jouez le jeu, ne mentez pas !

Ah, les règles d’orthographe…

“er” ou “é”

Le cas d’erreur décrypté

Cette règle d’orthographe commence a être relativement connue et concerne les verbes du premier groupe : pour savoir si l’on doit utiliser le participe passé du verbe ou l’infinitif de celui-ci, il suffit de le remplacer par un autre verbe du troisième groupe, comme “faire”, ou encore “vendre”. C’est une astuce de correcteur assez utilisée.

Un exemple

J’ai mang[é / er] une orange sans la pel[é / er].

On peut déterminer ici l’accord du verbe en effectuant le remplacement : “J’ai vendu une orange” et non “J’ai vendre une orange”. Il s’agit donc ici de bien inscrire un participe passé.

Pour la seconde partie, il s’agit du verbe “peler” à l’infinitif, puisque le remplacement par le verbe “vendre” se fait avec l’infinitif de ce verbe : “sans la vendre”.

On obtient donc :

J’ai mangé une orange sans la peler.

“a” ou “à”

Le cas d’erreur décrypté

Encore une erreur d’orthographe courante que les correcteurs professionnels voient souvent, c’est le fait de confondre le “a” du verbe avoir et le “à” de la préposition.

L’astuce ici est encore une fois relativement simple : il faut utiliser l’imparfait pour savoir si on a affaire au verbe. La différence entre verbe et préposition deviendra évidente.

Un exemple

Il [a / à] exprimé son mécontentement [a / à] cor et [a / à] cri.

Malgré qu’il s’agit d’une expression connue, cela pourra nous servir d’exemple. Dans cette phrase, remplacer par l’imparfait du verbe avoir partout donnera : “Il avait exprimé son mécontentement avait cor et avait cri”. On se rend aisément compte que cela fonctionne pour le premier remplacement, mais pas pour les deux autres, la place du seul verbe avoir de la phrase est donc la première position, et les deux suivantes sont des prépositions. La bonne forme de cette phrase est donc :

Il a exprimé son mécontentement à cor et à cri.

“ai” ou “ais”

Le cas d’erreur décrypté

Il s’agit ici de ne pas confondre deux temps, le futur simple et le conditionnel, et cela assez fréquemment en orthographe, tous les correcteurs professionnels vous le diront. Il existe une solution plutôt efficace qui consiste à utiliser la première personne du pluriel afin de marquer la différence entre les deux temps. Souvent, il y a aussi un indicateur de contexte de temps, notamment quand on souhaite utiliser le futur, avec l’utilisation de “demain”, “toute à l’heure”, “la semaine prochaine”, …. qui indiquent une utilisation du futur simple dans la phrase.

Un exemple

Demain, j'[aurai / aurais] des nouvelles de ma sœur.

L’indicateur “demain” demande l’emploi d’un futur simple dans cette phrase, donc “aurai”. De plus, si on remplace : “Demain, nous aurions des nouvelles de ma sœur” concorde moins bien que “Demain, nous aurons des nouvelles de ma sœur”. L’usage du futur se confirme donc dans cette phrase.

Les mots à double consonne

Il existe des astuces mnémotechniques liées à ce genre de mots, qui permettent d’éviter les erreurs.

Par exemple, nourrir prend deux “r” (“on se nourrit plusieurs fois par jour”), alors que mourir n’en prend qu’un (“on ne meurt qu’une fois”).

On peut inventer plusieurs astuces dans le même genre, mais le mieux est d’apprendre la règle d’orthographe de façon stricte :

Neuf consonnes sont souvent doublées : c, f, l, m, n, p, r, s et t : “accord”, “offrir”, “belle”, “pomme”, “année”, “appeler”, “irréel”, “passage”, “devinette”.

Six consonnes ne sont jamais doublées : h, j, q, v, w, x.

Trois consonnes sont très rarement doublées : b, d et g.

Pour les consonnes k et z, il y a une dizaine de doublements. Ce sont tous des mots empruntés. Sauf dans jazz, la consonne double est toujours à l’intérieur du mot : “drakkar”, “blizzard”, “grizzli”, “jazz“, “jazzique”, “pizza”, “razzia”.

Les adverbes en “ment”

Le cas d’erreur décrypté

Doucement, gentiment, lentement, évidemment, abondamment… Il est fréquent de ne pas savoir si un adverbe en “ment” prend deux “m” ou pas. Et dans le doute, au lieu d’en mettre trois, il convient d’avoir la petite astuce qui va permettre de s’en sortir sans problème !

La solution

Si la syllabe “ment” est précédée du son “a” écrit avec un “e” ou un “a”, l’adverbe prend deux “m”, comme par exemple “évidemment” ou “élégamment”.

Si par contre, la syllabe “ment” est précédée d’un son “e”, comme dans “notablement”, il ne faut qu’un seul “m”.

Testez, et vous verrez !

En conclusion, un correcteur d’orthographe c’est utile, non?

Nous avons juste vu quelques règles qui font la richesse de notre belle langue française, et cet aperçu nous montre à quel point les astuces peuvent aider à éviter certaines fautes d’orthographe grossières.

Mais rien de tel qu’un correcteur pour vous aider davantage à éviter les pièges ! Qu’il soit sous la forme d’un outil automatique ou d’une aide humaine (il faut encore faire le bon choix), il vous aidera à obtenir des écrits exempts d’anomalies dues à ces facéties dont la langue française regorge encore et encore.

Si un correcteur d’orthographe professionnel aux tarifs abordables vous intéresse, vous pouvez profiter de nos offres, nous contacter ou directement établir un devis (gratuit) et nous vous accompagnerons avec le service selon vos besoins !